L’Esthétique des Trente Glorieuses, colloque de Cerisy

Bulletin de souscription pour L’Esthétique des Trente Glorieuses, sous la direction de Gwenaële Rot et François Vatin :

« On considère avec nostalgie les Trente Glorieuses comme si, dans les années 1945-1975, avait régné l’abondance économique, alors qu’il fallait d’abord reconstruire un pays en ruine, mais on dénigre son bilan idéologique et culturel, qui aurait été dominé par une croyance illusoire au progrès. Pollution, urbanisme sans âme, matières plastiques imputrescibles, tels seraient les seuls legs de ce temps d’inconscience. Aussi, l’architecture et l’art monumental des Trente Glorieuses, encore mal-aimés, ont subi beaucoup de destructions et commencent à peine à être patrimonialisés.

Or, comme le montrent les études réunies ici, en dépit de l’urgence de la reconstruction, on a accordé à cette époque une grande importance aux questions esthétiques. On faisait confiance aux nouveaux moyens techniques pour faire du beau moins cher à destination du plus grand nombre. Esthétique fonctionnelle et démocratisation artistique sont étroitement liées. On comprend dès lors le rôle central de l’industrie dans les représentations de ce temps. Contre l’opposition romantique du beau et de l’utile, il fallait réinstaller le monde industriel dans les valeurs humaines. Les usines, aussi, devaient être belles comme fonctionnelles, et constituer un objet d’intérêt pour l’art. La démocratisation du beau exigeait qu’il s’impose dans les lieux de travail. Inversement, l’expérience industrielle de la simplicité, de la cohérence, pouvait nourrir l’inspiration artistique.

Réunissant vingt-quatre spécialistes qui croisent leurs multiples terrains, cet ouvrage vise, non à défendre l’esthétique des Trente Glorieuses, mais à la restituer dans sa complexité. Il invite le lecteur à regarder un peu différemment un passé trop proche pour qu’on puisse encore pleinement l’estimer. »

30Glorieuses_souscription-4p

Reynold Arnould, Le Travail de la Cité, 1963, Palais des Consuls de Rouen

Roger-Henri Expert à Metz, L’église Sainte-Thérèse de L’Enfant-Jésus

Si l’église Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus 
de Metz, œuvre de l’architecte Roger-Henri Expert (1882-1955), est inaugurée en mai 1954, la conception de cet édifice singulier et précurseur était arrêtée dès les années 1930. C’est l’un des premiers édifices religieux en France pour lequel les possibilités structurelles du béton sont exploitées au service
 de nouvelles formes et d’un élancement de la nef digne des cathédrales gothiques. Un ensemble 
de vitraux-claustras, remarquable par ses dimensions et par sa technique inédite, est conçu par l’artiste Nicolas Untersteller (1900-1967) et vient donner vie
 à cette armature de béton armé dans laquelle
 les fidèles et les visiteurs se succèdent depuis 
plus d’un demi-siècle.

https://www.nouvelleseditionsplace.com/produit/roger-henri-expert-a-metz/

Villas 50 en France

Villas 50 de Raphaëlle Saint-Pierre, éditions Norma, 2005
Villas 50 de Raphaëlle Saint-Pierre, éditions Norma, 2005

Alors que le design des années 1950 connaît une vogue considérable et que l’architecture de la reconstruction a été très étudiée, les maisons particulières de cette époque restent méconnues. Réservée jusque-là à de grands bourgeois qui s’adressaient à des stars de la modernité comme Robert Mallet-Stevens, Pierre Chareau ou Le Corbusier, la villa connaît, avec l’émergence d’une bourgeoisie éclairée plus modeste, un essor remarquable dans la France de l’après-guerre. À l’ombre des grands ensembles, elle constitue une sorte de laboratoire qui permet aux architectes d’innover, mais aussi de mettre en pratique les acquis et les enseignements des maîtres, tout en les détournant et les adaptant, avec la vitalité et l’esprit de provocation caractéristiques de l’époque. Cette architecture domestique, à la fois expérimentale et matérialiste, souvent utopique, caricaturée par Jacques Tati ou Spirou, bénéficie de l’aide des Salons et des concours organisés par des magazines extraordinairement audacieux et inventifs. Montrant à quel point sa modernité se différencie du purisme théoricien qui prévalait avant guerre, la première partie de l’ouvrage analyse le vocabulaire architectural français qui se met en place, nourri d’influences américaines, scandinaves, japonaises et brésiliennes, balançant entre organicisme, rationalisme, brutalisme et art total, sans déroger aux règles de fonctionnalité du plan, aux nouveaux impératifs d’équipement et au rapport, désormais indispensable, entre habitat et nature. Dans un second temps, la visite détaillée de vingt-cinq maisons, construites par les maîtres que sont Le Corbusier, André Lurçat, Alvar Aalto et Philip Johnson, par de jeunes architectes comme Claude Parent ou André Wogenscky, des ingénieurs et des artistes tels que Jean Prouvé, André Bloc et Pierre Soulages, nous fait découvrir la richesse de ce patrimoine architectural profondément original.

DSC00185

DSC00183